LA RENCONTRE DU MOIS:

Estelle Imbert

Estelle Imbert, vous la connaissez ? Si ce n’est pas le cas, j’ai le plaisir de vous présenter la créatrice de la marque Les Vilains Parisiens. 

Estelle Imbert

Une parisienne qui nous inspire

Que faisais-tu avant les vilains Parisiens ?

J’ai fait une école de commerce et j’étais même dans une asso de mode. J’ai toujours eu cette volonté de lancer une marque et du coup je trouvais plus raisonnable de faire une école de commerce qu’une école de stylisme.

Avant de me lancer avec Les Vilains Parisiens, j’ai fait ma carrière dans le luxe et plus particulièrement chez Louis Vuitton, Dior et Valentino. J’ai pu occuper diverses fonctions qui m’ont bien appris les rouages du métier. Que se soit en achats ou en retail. J’ai pu pas mal voyager et j’ai même pu travailler à Dubaï et en Italie.

Comment est né les Vilains Parisiens ?

Les Vilains Parisiens sont nés quand j’étais à Dubaï et que je me rendais compte que pour les gens, la France se résumait à Paris et aux parisiens.

Paris imposant sa mode un peu partout dans le monde et vu le regard des gens sur Paris, j’ai décidé de lancer la marque.

J’ai commencé par créer des vêtements plutôt pour mes amis dans des ateliers du quartier indien de Dubaï. Mais il faut savoir qu’il s’est passé 5 ans entre le moment où j’ai commencé à faire les premières pièces et la création de ma société.

Quel est ton rôle chez Les Vilains Parisiens ?

Mon rôle est de tout faire.

N’ayant pas d’employé, je suis à la fois la conceptrice de tous les modèles, l’acheteuse des matières, je m’occupe du contrôle qualité, de la comm etc… Je suis multitâches et j’essaye de faire un maximum de choses à la fois.

Et je suis même vendeuse ! Mais c’est top car ça me permet d’avoir un contact direct avec les clients.

Quels sont les nouveaux projets pour Les Vilains Parisiens ?

Ça va être d’assurer pour les ventes de Noël et peut-être développer un peu plus la ligne femme. En fait j’ai envie d’habiller aussi la femme qui vient avec son vilain parisien en boutique. En ajoutant quelques modèles féminins, tout le monde pourra s’habiller chez Les Vilains Parisiens. Même si c’est unisexe pour le moment, le côté féminin n’est pas trop mis en valeur.

Qu’est-ce qui te plaît dans ton travail ?

Ça va être la rencontre, les ateliers et les clients. En fait, c’est la rencontre et le travail en équipe. Mais aussi de voir une pièce terminée alors qu’il y a quelque temps elle n’était qu’une idée.

La recherche de tissus, trouver les idées de ce qu’on pourrait créer avec est aussi quelque chose qui me motive et qui me plaît dans mon métier.

Quelle est ta journée type ?

Elles commencent toutes par un café long ! Ensuite, je vais en boutique, coudre 2-3 bricoles, recevoir les clients, bosser sur des e-mails etc… j’ai des journées bien remplies, mais ça me plaît.

Mes journées ne se ressemblent pas toujours et cette continuelle nouveauté est assez motivante.

Quelle est ta morning routine ?

Après mon café, je saute dans la douche. S’en suit une petite mise en beauté et la recherche de mon “outfit of the day”. Il est important de s’habiller et de pas rester en pyjama.

Etant la créatrice de Les Vilains Parisiens, je dois faire attention à toujours porter au moins une pièce de la marque.

Avant d’ouvrir ma boutique, j’ai pour habitude de saluer les autres commerçants. Après tout ça, ma journée peut commencer.

Comment pourrais-tu définir ton style ?

Je pense qu’il est à la fois casual et à la fois chic. C’est quelque chose d’un peut entre-deux avec une petite touche d’originalité.

Je suis détente chic en fait.

Je me le suis trouvé toute seule. Le but de ce style, c’est de se détacher de nos habitudes, ce que j’essaye de faire avec Les Vilains Parisiens. Il faut être cool en style et confort.

QU’EST-CE QUE PARIS EXPRIME POUR TOI ?

Je ne suis pas parisienne de souche, mais de cœur. Même si je n’y suis pas née, j’adore y habiter.

Pour moi Paris, c’est une ville qui, depuis que j’ai 20 ans, m’est assez agréable et je peux y passer du temps.

Pour moi c’est synonyme de mode, de fêtes, de restos, de nouveautés et d’amitiés !

Quelle est ta vision de la parisienne ?

La parisienne, telle qu’elle est décrite en général, elle est en slim avec un trench et une chemise blanche et des lunettes de soleil. Mais moi je m’habille pas du tout comme ça !

Pour moi, ça va être une femme avant-gardiste, qui va tenter de nouvelles formes. Elle ose porter des pantalons oversize avec un haut structuré et des superbes chaussures du futur.

Quels sont tes accessoires ultimes ?

J’adore mon sac ! Mon crayon pour mes yeux et mon bonnet Les Vilains Parisiens. Il ne me quitte jamais.

La boîte à questions:

  1. Ton quartier préféré ? J’aime beaucoup le Marais. J’y ai toujours rencontré une clientèle super sympa. Des gens cools et ouverts sur le monde et mes créations
  2. Perfecto ou blazer ? Je suis plutôt perfecto
  3. Patte d’eph ou cigarette ? Je suis plutôt baggy
  4. Café court ou long ? Café long
  5. Taille haute ou taille basse ? Plutôt taille haute
  6. Baskets ou talons ? Baskets ! Depuis que je suis à Paris, j’ai arrêté les talons. Je suis tout le temps à courir à droite à gauche
  7. Compensés ou aiguilles ? Si je devais reprendre des talons, ça serait des talons compensés
  8. Jupe ou jean ? Jean
  9. Rouge à lèvres ou eye liner ? Rouge à lèvres
  10. Le fashion faux pas selon toi ? Selon moi, ça serait les collants couleur chair ! C’est interdit dans la Bible de la fashion attitude !
Panier
  • No products in the cart.